Blog, Interview, Marche nordique

Entretien avec Sylvain Angeras, vainqueur de la Marche Nordique sur l’Avonnaise 2018

Avonaise_11.03.2018_1882.jpg(Podium de la Marche Nordique de l’Avonnaise 2018)

Sylvain Angeras a remporté ce dimanche 11 mars 2018, l’épreuve de Marche Nordique sur l’ l’Avonnaise. Culture Marche vous propose de revenir avec lui sur le retour de cet événement longtemps absent du calendrier, qui offre avec sa première édition de Marche Nordique, un nouveau rendez-vous pour les marcheurs, qui pourrait bien devenir un événement incontournable de la Marche Nordique sur la région.

L’Avonnaise a refait son apparition après 12 ans d’absence avec au programme une épreuve de Marche Nordique. Que retenez-vous de cette première édition de marche nordique ? Je ne connaissais pas cette compétition dans le passé. Je retiens une très bonne ambiance et un très bon accueil avec plein de sourires. En plus le beau temps était de la partie ! 

Que représente pour vous cette victoire ? Cette victoire fait plaisir bien sûr, d’autant plus que c’est ma première en marche nordique. Ceci étant dit les meilleurs marcheurs franciliens et nationaux participaient a la manche MNT de Nantes ce dimanche. Elle n’est donc pas significative pour moi. L’Avonnaise n’était pas un objectif de la saison. Je cherchais une épreuve locale à titre de préparation aux prochains championnats d’Île de France de Marche Nordique à Chamarande le 08 avril prochain. D’ailleurs j’avais fait deux séances de développement dans la semaine.

Comment avez-vous géré votre course ? Vous êtes parti à fond ou avez-vous jugé déjà de la concurrence pour prendre vos dispositions ? Je suis parti relativement vite car je voulais avant tout faire une séance de rythme pour me tester. J’ai vu de suite qu’aucun marcheur ne m’accompagnait, ce que j’ai un peu regretté car j’aime marcher en groupe. Je me suis alors mis dans la foulée de joggeurs. J’étais sur un bon rythme pendant les 5-6 premiers kilomètres puis j’ai levé un peu le pied car j’ai senti mes séances de mardi et jeudi dans les jambes ! J’avais pas mal d’avance sur le groupe de poursuivants que j’ai croisé après le 1er tour (+ de 3′), ce qui me permettait de gérer. J’ai fini le dernier kilomètre plus rapidement en me servant de joggeurs comme points de mire.

Y’avait t’ il des parties plus compliqués que d’autres ? Qu’elle était la partie la plus difficile à gérer ? Les parties délicates, outre les passages bitumés étaient les côtes dans les 2 premiers kilomètres et les passages très boueux où il était impossible d’avancer a bonne allure, ce qui s’est ressenti sur la moyenne horaire.

Cette épreuve est plutôt la bienvenue, pour les marcheurs compétitifs comme vous. Il existe encore peu de rendez-vous de ce type en Seine et Marne. Voyez vous un changement, un développement de la discipline, par rapport à quelques années ? J’ai peu de recul sur l’évolution de la marche nordique en Ile de France et en Seine et Marne, puisque je pratique depuis fin 2014 seulement. On ne peut que se réjouir en tous cas de voir fleurir chaque année de nouvelles épreuves de MN. À ce titre, l’Avonnaise est une épreuve très sympa à connaître. On espère avoir donné envie à certains de pratiquer cette discipline qui au delà de son image sport-santé est aussi un vrai sport de compétition.

Justement, qu’est ce qui vous a amené à cette discipline ? Après avoir pratiqué multiples Sport dans ma jeunesse : judo, foot, cyclisme, triathlon, running, comme beaucoup j’étais à la recherche d’une discipline moins traumatisante au niveau articulaire, mais où je pouvais encore me faire plaisir en compétition. A ce titre la marche nordique de Compétition a été une révélation. Très modestement car je ne fais pas partie de l’élite comme je l’ai dit plus haut.
DSC_8925.jpg
Où vous entraînez-vous ? Je m’entraîne en semaine dans un parc a côté du bureau ou sur la pelouse d’un terrain de rugby pour les séances de qualité. Jamais sur bitume car le planté est très important. Le wee-kend j’essaie de rejoindre mes coéquipiers d’azimut le plus souvent possible pour un entraînement en forêt de Fontainebleau, en fonction de mes obligations familiales et de mon planning d’entraînement personnel. 

Vous êtes issus du club Azimut Sports, un club important basé sur Fontainebleau, on peut même dire l’un des plus grands clubs de marche nordique en France. Comment expliquez vous la réussite de cette organisation ? Concernant les résultats d’ensemble d’Azimut, il faudrait demander plutôt au directeur sportif Marc Thoraval. Je ne crois pas qu’il y ait de secrets, si ce n’est qu’on travaille tous sérieusement et que la présence de marcheurs et marcheuses chevronnés (plusieurs champions et vice-champion de France masculin et féminin individuels et par équipe) est de nature à créer une émulation qui nous tire vers le haut. Mais avant tout je pense que c’est une histoire humaine, un groupe ou circule une vraie énergie positive. Je dois dire qu’on est bien chez Azimut !

Quels sont vos prochains rendez-vous ? Vos prochains objectifs ? Mon principal objectif, c’est le championnat d’Ile de France le 08 avril dans le cadre de la Manche MNT de Chamarande. Puis la Bellifontaine le 08 mai prochain, une épreuve magnifique en forêt de Fontainebleau. Puis le 21 mai, l’épreuve Ride n’roll à Ferrières en Gâtinais 45210, chez mon ami Gilles Pinsard, qui fait partie de l’élite française de la Marche nordique, et qui me coache au quotidien. Ses entraînements m’ont fait beaucoup progresser. Puis une manche MNT pas encore choisie, puis la marche de l’empereur début septembre et les championnats de France à Reims fin septembre.

Il y a des noms qui sortent du lot aujourd’hui, comme Franz Liskowitch, champion de France de la discipline, et Rodolphe Cressonnier récent vainqueur de la Nordique Nantaise. Avez-vous un modèle dans la marche nordique ou un autre sport ? J’ai effectivement des modèles. Je citerai d’abord Gilles Pinsard et Marc Thoraval bien sûr qui m’ont appris à marcher « propre ». Franz Liskowitch est impressionnant, un vrai sportif de haut niveau. Sur les longues distances j’ai une admiration pour Patrick Maréchal qui est un exemple d’humilité et de simplicité, doublé d’un athlète redoutable. Je pourrais citer aussi Philippe Hayer, Alain Mens, Christian Coudert, Arnaud Picard, Rodolphe Cressonnier, Matt Hisleur, Jean-Michel Wlodyka. J’en oublie surement désolé….
Chez les filles, la référence absolue pour moi est incontestablement ma coéquipière Appoline Mazureck en terme de belle gestuelle et d’efficacité. Elle donne à mon sens une très belle image de la marche nordique, comme les autres filles d’azimut d’ailleurs qui sont vraiment épatantes. S’entraîner avec elles n’est pas une sinécure ! D’ailleurs leur palmarès est connu ….

En vous remerciant, on se retrouve sur la prochaine victoire ? Merci à vous et à bientôt j’espère.

1 réflexion au sujet de “Entretien avec Sylvain Angeras, vainqueur de la Marche Nordique sur l’Avonnaise 2018”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s