Actualité, Blog, Interview, Marche nordique, Santé

Bernard Mingot : Un exemple d’engagement au service du sport

Le sport amateur est touché de plein fouet par la crise sanitaire qui n’en fini pas de faire des dégâts : Baisse du nombre de licenciés, associations qui mettent la clé sous la porte etc….. L’occasion de rappeler combien l’investissement de personnes engagés et bénévoles est indispensable pour préserver le sport amateur et tout ce qu’il engendre : Bien-être physique et mental, lien social, développement de valeurs……

Bernard Mingot, Formateur et référent marche nordique au sein de la FSGT, est un exemple d’engagement pour le sport. C’est avec plaisir que je vous invite à découvrir ce personnage aussi passionné qu’attachant, grâce à l’entretien ci-dessous, sur lequel nous évoquons la marche nordique, son département de l’Orne, et plus encore……

Peux tu nous résumer ton parcours sportif et nous dire ce qui t’as mené à la marche nordique ? De 10 à 18 ans, pratique du football dans un club de village du Charente Poitou. De 22 à 40 ans, pratique du judo (ceinture noire). De 35 à 65 ans, pratique de la course hors stade (cross, courses sur route du 10 km au marathon). J’ai découvert la marche nordique aux fédéraux de cross FSGT à Allonnes, dans le 72, c’était une activité en démonstration qui m’a tout de suite attiré (j’étais depuis quelques temps à la recherche d’une activité pour progressivement remplacer la course hors stade. Donc Marche nordique de  61 à 71 ans et après le plus longtemps possible. Toute ma vie j’ai pratiqué le cyclotourisme et maintenant le voyage à vélo en autonomie,  seul, avec un ami ou avec un petit fils. J’ai ainsi voyagé en France, Belgique, Irlande, Allemagne, Autriche, Espagne et parcourus plus de 12 000 kilomètres. Dans le domaine du sport, je suis autodidacte.

Je sais que tu as emprunté les Chemins de Compostelle… Peux tu nous dire quelques mots sur cette belle aventure ? Aventure extraordinaire, mon second voyage à vélo en solitaire d’une durée de 31 Jours pour
parcourir les 2300 km entre Alençon, le Puy en Velay et Saint Jacques de Compostelle. J’ai pu faire la rencontre de personnes exceptionnelles du monde entier. C’est une terre de rencontre avec soi, progressivement on se détache de sa vie habituelle pour rentrer dans un monde complètement coupé des préoccupations du quotidien d’un sédentaire. On vit au jour le jour avec pour seules préoccupations se nourrir, dormir, visiter, prendre le temps de savourer chaque instant, rien de planifier donc par de contrainte de temps. Pour la journée, on se déplace lentement 12  km/h environ hors arrêt, et on prend le temps de regarder, visiter, discuter, traverser les villages à pied le temps n’a plus d’importance. Sur le Chemin, les pèlerins sont très nombreux surtout sur le camino Francès en Espagne. C’est une expérience enrichissante qui m’ a donné envie d’aller vers d’autres horizons en particulier en Irlande et sur l’euro vélo 6 qui va de St Saint-Nazaire à la mer noire. Hélas, la crue de 2013 du Danube nous a empêché d’atteindre notre but en Autriche. Nous avons improvisée un retour à vélo à Alençon en passant par Salzbourg, la Bavière, les rives du Rhin jusqu’à Bales ( magnifique voyage de 47 jours).

Comment expliques tu ce beau développement de la marche nordique depuis 10 ans, et notamment au sein de ta région ? C’est une activité d’une grande richesse pour qui sait en exploiter toutes les utilisations possibles pour  proposer une offre sportive et une progression de formation adaptée aux pratiquants. Activité qui correspond aux besoins de très nombreux pratiquants à la recherche d’une activité physique et sportive à part entière dans un cadre naturel et en toute sécurité. Le point central pour le développement c’est la formation des encadrants (animateurs, instructeurs, formateurs et animateurs sport santé bien être- sport sur ordonnance). Activité très technique qui demande de la rigueur dans l’apprentissage + Parrainage des nouveaux clubs et tutorat des futurs animateurs (travail en réseau ) + Organisation de rencontres interclubs et des événements exceptionnels régionaux et fédéraux. Un ensemble d’actions qui ont fédéré et développé des partenariats et des liens très forts entre les clubs. Concernant l’accueil des nouveaux pratiquants, le club doit être attractif et dégager un climat de confiance.

Que représente pour toi la marche nordique aujourd’hui ? Une activité sportive à part entière très technique et qui peut être très physique si l’on souhaite faire des sorties compétitives sur des parcours difficiles et vallonnés. Un centre d’intérêts très fort, puisque je peux à la fois faire une pratique sportive tout en apportant mon savoir et mon savoir faire aux autres. Une prolongation de ma vie professionnelle en quelque sorte. Une activité qui me permet de conserver mes aptitudes physiques, et qui m’apporte beaucoup de bien être. Une activité qui attire un public féminin  ( homme 30 % et femmes 70 %). Une activité adaptable pour tous les publics, la performance doit être réservée aux personnes attirées par la compétition, petite minorité. Le club : Un lieu de rencontre qui développe le plaisir d’être ensemble et de se retrouver, un lieu de formation, un lieu qui redonne confiance en soi et crée du lien social Une activité qui n’est plus un phénomène de mode. Elle occupera une place de plus en plus importante dans les activités de plein air.

Je te sais très engagé dans ton club d’Alençon, mais aussi à la FSGT en tant que formateur et réfèrent marche nordique à la fédération, d’où te vient cet engagement ? Cela doit fait partie de mes gênes, cela fait près de 50 ans que je suis actif dans des associations sportives. Mon métier, puisque j’étais enseignant et responsable des enseignements technologiques d’un lycée technique. Transmettre son savoir, c’est une mission importante pour accompagner les talents présents chez beaucoup de personnes (Jeunes ou seniors). Les copains de la Commission fédérale des activités athlétiques de la fédération, en particulier Michel Cremonesi qui m’a encouragé à m’engager dans la  formation d’encadrants. Les valeurs bien présentent de notre fédération en particulier, permettre la pratique sportive au plus grand nombre au moindre coût dans un excellent de fraternité et de convivialité.

En tant que formateur quels conseils peux tu donner pour bien appliquer les bons gestes de la marche nordique ? Disposer d’Encadrants ayant une excellente connaissance technique de l’activité, disposant de compétences pour transmettre leurs savoirs et une expérience de terrain pour proposer une offre sportive adaptée de qualité, la marche nordique ce n’est pas une promenade avec bâtons ! Pour l’adhérent : Prendre le temps nécessaire pour apprendre le geste de base, en oubliant la vitesse et la performance. L’apprentissage du bon geste demande pour des personnes seniors beaucoup d’efforts, tout en développant la condition physique. La motivation pour le nouveau pratiquant, c’est l’amélioration rapide de sa santé physique et mentale.

On le sait la marche nordique n’est pas si facile quand on veut soigner la technique… Est que tu as vu des personnes venir s’essayer et renoncer à cause de cela ? Dans le club, les adhérents font 2 séances d’essai avant de signer une licence et payer une cotisation. Ces séances doivent rassurer et donner envie de pratiquer. Les abandons sont rares, le plus souvent liés  à des problèmes de santé, au refus d’apprendre le geste technique ( rarissime), au refus de rester temporairement dans des groupes d’apprentissage trop lents à leur goût !  L’accueil des futurs pratiquants (par les encadrants et par les adhérents est essentiel), il faut le mettre dans un climat de confiance. Le club d’Alençon, c’est 180 pratiquants répartis dans une quinzaine de groupes (et plus aujourd’hui avec le Covid !).

Justement après toutes ces années as tu quelques anecdotes à nous partager ? Des souvenirs particuliers ? De belles rencontres ? Rencontre avec des  personnes formidables et engagées dans le sport populaire  dans de très nombreux comités  (38 stages fédéraux organisés avec Jean-pierre, Christine, Joël et  Nabilla). Remerciements de Nathalie pour l’avoir invitée à devenir animatrice à la fin d’un stage d’initiation MN à Nevers ; parfois quelques mots suffisent pour mettre une personne dans une dynamique positive. Refus d’un président de comité de participer à la prise en charge du coût d’un stage d’un futur encadrant sous prétexte que pour marcher avec des bâtons il n’était pas nécessaire d’apprendre !

La FSGT avec Nordik de Flers prépare un rendez vous fédéral en mai, peux tu nous en dire quelques mots ? Le club Nordik de Flers s’est engagé à préparer un rassemblement fédéral les 22 et 23 mai 2021 , Pour le moment tout est mis en œuvre pour accueillir les participants dans un cadre exceptionnel du Mont Cerisy à cerisy Belle Étoile dans le 61. Le samedi 22 mai le comité d’organisation propose : Une épreuve à caractère compétitif  de 6 heures en relais de 2,3 ou 4 participants ou en individuel  sur un circuit de 3,2 km ( les meilleurs feront certainement 15 ou 16 tours et pour les plus modestes une dizaine, 4 sorties de MN et de randonnée pédestre de 5, 9, 13 et 18 km dans le bocage Flérie avec un départ et une arrivée sur le mont  altitude 197 mètres ! Le dimanche 23 mai, 2 sorties de 9 et 13 km sur le site classé de la Roche d’Oetre. Une offre pour ceux qui souhaitent venir pour le week-end de la pentecôte en Normandie. Une manière aussi de prolonger la fête.

Parlons un peu de ton département de l’Orne, un département ou la nature est très présente… Quels sont pour toi les plus beaux endroits pour marcher ? Le Mont Cerisy et la Roche d’Oetre, 2 sites exceptionnels de notre beau département rural. Il y a beaucoup d’espaces naturels pour tous les amoureux des sports de plein air (randonnée, VTT, Marche nordique course à pied, trail , cyclotourime etc;;). De magnifiques forêts : Ecouves, Réno, la Forêt des Andaines, la Forêt de Bêlleme. Le département est traversé par 3 voies cyclables ( la vélocénie Paris le Mont st Michel, la Vélo Francette Ouistreham La Rochelle, la Buissonnière Alençon Saumur. 2 Stations Trail : En Ecouves ( Radon) et à Bagnoles de l’Orne.Un département à découvrir en famille le temps d’un week-end ou pendant des séjours plus long.

Que penses tu de notre période ? Difficile physiquement et moralement, il faut beaucoup donner pour maintenir la cohésion des clubs et répondre aux besoins des pratiquants. Les confinements ont fait de gros dégâts chez nos adhérents. Enrichissante, cette période amplifie des changements sociétaux. Depuis plusieurs années les activités de pleine nature reviennent au premier plan, le covid ne fait que précipiter le phénomène, il suffit de regarder l’évolution de la marche nordique et une autre activité comme le voyage à vélo.

Que peut-on te souhaiter ? De trouver de nombreuses personnes pour : S’engager dans l’animation des sorties. Étoffer l’équipe fédérale de formateurs FSGT pour accompagner le développement de la marche nordique dans la fédération.

Un grand merci, un dernier mot peut être..? Mettre l’humain au centre de la préoccupation des clubs. L’activité physique et sportive doit être accessible au plus grand et pour tous les publics ! C’est un axe important pour l’amélioration de la santé des populations devenues sédentaires . Merci au sport pour tout ce qu’il m’a apporté !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s