Chaque mois, le conférencier journaliste québecois Pascal Auger nous livre des articles sur la marche. Il revient aujourd’hui sur culturemarche.com avec l’histoire de Caroline Moireaux.

8 ans de marche autour du monde

« Ça a été du bonheur au quotidien parce que c’est une découverte. »

Lors d’un voyage pour faire un temps d’arrêt dans sa vie, Caroline Moireaux rencontre des Français qui préparent un voyage autour du monde. Trois ans plus tard, elle reprend contact avec eux et un beau matin, elle se réveille en disant moi aussi je vais faire le tour du monde à pied. Elle part pour 10 ans et en revient après 8.

« Moi, je voulais voir les gens. Comment les gens à la campagne vivent, comment y vivent ailleurs. C’est ça qui m’a motivée en fait. »

Sa vie

Caroline est une aventurière originaire d’un petit village dans le Jura, un département de l’est de la France. C’est en 2011 avec son amour inconditionnel de la vie qu’elle décide de faire le tour du monde à pied en rando autonome c’est-à-dire en transportant sa tente ainsi que l’équipement pour cuisiner. La seule dépense qu’elle se permet est l’achat de sa nourriture. Durant ces 8 ans, elle dépense en moyenne 4,2€ par jour.  

Partie de son domicile, elle marche jusqu’au Kazakhstan accompagnée de coéquipiers durant les premières années. Son voyage lui aura permis de visiter 30 pays dont 3 ou 4 à vélo. Selon Caroline, lorsque tu marches 1 mois ou 10 ans, tu passes une barrière psychologique qui te fait entrer dans un état d’esprit qui fait en sorte que la marche devient ta vie.

 « En fait, j’ai pas le sentiment, j’ai pas l’impression que c’était une énorme aventure. Moi, c’était ma vie. C’est comme si je faisais 4, 5, 6 Compostelle de suite. »

Petite voix intérieure

Présente sur les réseaux sociaux, elle a de la difficulté à comprendre l’intérêt des gens pour sa persévérance, sa ténacité. Il est probable qu’elle ait eu des moments difficiles mais elle n’a jamais eu de doute puisqu’elle avait choisi cette vie de nomade pour aller à la rencontre des autres cultures. Arrivée au Mexique, elle commence à sentir que c’est le moment de faire autre chose. Cela lui prend 18 mois à accepter cette décision puisqu’il y avait d’autres ailleurs qu’elle voulait visiter.

 « Avant d’arriver en France, j’étais déjà rentrée dans ma tête et dans mon cœur. Tout s’est fait simplement, il suffit juste de s’écouter. Du coup, j’ai arrêté au moment où j’ai senti que c’était la fin. »

Transition

En revenant avant les mesures sanitaires de la Covid-19, Caroline a la sensation d’avoir terminé son voyage puisqu’elle a bouclé la boucle. Elle a ce cercle peu importe si elle est allée partout ou pas.  Depuis ce temps, Caroline donne des projections/conférences c’est-à-dire des rencontres où elle échange suite à une vidéo. Si vous voulez en savoir plus sur elle vous pouvez consulter son site Web Pieds Libres. Je vous laisse sur ce que Caroline retient de son aventure :

« Ah que le monde est beau et que la vie est magnifique. Moi, j’ai vraiment retrouvé foi en  l’humanité. Franchement, on se concentre toujours sur ce qui va pas alors qu’il y a 3 milliards  de choses qui vont super bien. »