28 Heures de Roubaix 2019 / Crédit Photo : Guy Destré
Blog, Evénements, Interview, marche athlétique

Dmitriy Ossipov nous livre ses objectifs et ses voeux pour 2020

34324844_807029526159056_1884366018642444288_nDmitriy Ossipov nous livre ses objectifs, ses voeux pour 2020, et plus encore

Le russe Dmitriy Ossipov a remporté 8 fois la plus la plus longue marche athlétique au monde. En septembre dernier, il remportait un 10ème sacre sur les 28 Heures de Roubaix.

Rare dans les médias malgré son palmarès riche de victoires, Dmitriy Ossipov m’a accordé de son temps pour évoquer son expérience et ces prochains objectifs.

Très critique sur son sport, il revient notamment sur les difficultés financières  que rencontre tout marcheur, alors que d’autres sports brassent des millions ….. 😦

Un GRAND MERCI à lui pour sa disponibilité !

Depuis quand pratiquez-vous la marche ? J’ai commencé à pratiquer la marche durant mon enfance, il y a plus de 40 ans. J’ai été champion de l’URSS chez les jeunes et multiple vainqueur sur diverses épreuves.

Comment avez-vous découvert Paris Colmar, aujourd’hui Paris Alsace ? Je suis venu en 2003 pour accompagner Eugène Zaikin à Paris-Colmar. C’était très difficile pour lui, je marchais avec lui presque tout le temps. C’est là que j’ai compris que je pouvais marcher très longtemps. En août, j’étais déjà sur un 200 km en Belgique. Un an plus tard de nouveau en Belgique et à Roubaix. Après quelques saisons de plus, Gilbert Bartolomi m’a persuadé d’essayer Paris-Colmar et m’a aidé avec la voiture et l’équipe.

Existe t-il des courses identiques en Russie ? En Russie, il y a des compétitions pour courir sur de longues distances, mais pas de telles compétitions de marche.

Vous vous êtes imposés à 8 reprises sur la plus grande course de marche au monde, vous avez aussi remporté à plusieurs reprises d’autres épreuves de prestige comme les 28 Heures de Roubaix. Avez-vous des victoires ou des souvenirs plus marquants ? Oui, j’ai de nombreuses victoires et il y a eu des défaites. Choisir quelque chose plus qu’une autre est très difficile. Je ne peux pas évoquer la meilleure victoire. Chaque victoire est unique. Parfois, tout était facile et tout fonctionnait sans trop d’efforts. Il y a eu des victoires quand, au contraire, tout allait mal. Il y a eu des blessures. Blessures à l’entraînement et en compétition. Quand du premier au dernier mètre j’ai dû lutter contre la douleur, mais c’était quand il n’y avait pas de difficultés et c’était plus facile en compétition  qu’en entraînement. Le plus difficile a été un départ de la série Paris-Colmar. Déjà pendant le prologue, j’ai déchiré mon muscle et toute la distance s’est accompagnée d’une blessure. C’était dur et douloureux, mais ça a marché. Mais après la compétition, je n’ai pas pu marcher longtemps. Le dernier départ pour Paris-Alsace est également venu avec une blessure, toujours à l’échauffement, la vieille blessure, la fasciite plantaire s’est aggravée. De plus, à l’arrêt médical de 2 heures à Bar-le-Duc, j’ai dû attendre plus de 30 minutes pour attendre le podologue, incapable de dormir et de manger. Même la nuit, nous avons manqué le virage et avons parcouru 8 km dans la direction opposée. Ensuite, j’ai dû rentrer. Mais un bon travail d’équipe et une bonne forme physique ont aidé à faire face facilement aux problèmes. Je ne peux pas dire que ce fût très difficile. Je dirai que c’était intéressant ! Il Il a fallu deux mois pour guérir. Une marche rapide devait être remplacée par des marches lentes et un vélo d’exercice.

Comment expliquez vous votre supériorité ? Qu’est-ce qui aide à gagner ? Il faut savoir que la base du résultat est beaucoup de travail de préparation. Plus vous dépensez d’énergie à l’entraînement, plus c’est facile pour les compétitions. Et analyse et correction d’erreurs. Si tout au long de l’année, beaucoup de travail a été fait, si cela a été difficile en préparation, alors en compétition, « pas de problème ». Quand on est compétiteur, si on ne fait pas quelque chose, ou si on ne le fait pas correctement, comme des exercices à prendre en compte, parce que trop paresseux, alors on en « paye un lourd tribut» aux compétitions.

3016496167_1_3_KbPdx3DKEn 2019 vous ne vous êtes pas présenté au départ du Paris Alsace. Pouvez vous nous dire pourquoi ? Pourquoi je n’ai pas participé en 2019, et pourquoi aujourd’hui je n’ai pas l’intention de participer en 2020 à Paris-Alsace ? Participant à Paris-Colmar, Paris-Alsace a toujours été financièrement très cher. Mais une partie de l’argent dépensé pourrait être restituée en prenant un prix. Dans les meilleures années, on ne pouvait même pas laisser grand-chose pour se préparer aux prochains départs. Maintenant, les organisateurs du concours ont décidé de ne pas payer les prix en espèces des participants. La préparation et la participation à des compétitions pour la plupart des athlètes est devenue tout simplement impossible. Les organisateurs ont refusé d’annoncer la compétition, à partir de publications, de reportages vidéo et photo de la course, de l’histoire du déroulement de la compétition. Si vous regardez les photos présentées sur le site officiel, vous ne verrez pas de moments intéressants sur la piste de compétition, vous ne verrez pas les difficultés rencontrées par les athlètes. Vous ne verrez rien d’intéressant qui puisse attirer les téléspectateurs et les nouveaux participants ! Avec une telle attitude des organisateurs envers les compétitions, athlètes, spectateurs, trouver des sponsors même en France, est devenu beaucoup plus difficile, mais au-delà de ses frontières c’est impossible ! Et la participation à de telles compétitions devient déjà peu intéressante et ne justifie pas les forces investies dans l’entraînement. Paris-Alsace a perdu le contact avec l’histoire, a perdu la tradition, a perdu l’intérêt des spectateurs et des athlètes. Parce qu’il n’y a pas d’information, pas de publicité, pas de show ! Et surtout, les organisateurs ont déjà trouvé des excuses, et malheureusement, ils n’ont pas envie de changer de priorités, ils ne veulent pas coopérer, ils ne veulent rien faire pour changer la situation. C’est très triste que les grandes compétitions soient mortes !

Quels sont vos autres objectifs pour 2020 ? Des plans pour 2020 ? Grand Est en avril et Roubaix en septembre. Peut-être d’autres compétitions en été ou au printemps. J’organiserai peut-être une compétition à Saint-Pétersbourg.

Comment financez-vous vos voyages ? Avez vous des aides de la Russie ? de la Fédération d’athlétisme ? Qui sont mes sponsors ?! Depuis 2003, beaucoup m’ont aidé à organiser et accompagner, principalement Gilbert Bartolomi et Zhenya Gutierez. Les amis qui sont venus en accompagnateurs aident. Mais pendant tout ce temps, il n’y avait qu’un seul sponsor financier. C’est moi. La Fédération d’athlétisme de Russie et de Saint-Pétersbourg, comme le comité des sports de la Russie, ne soutiennent et n’ont soutenu aucun des marcheurs de grand fond. Il n’y a aucun soutien financier, administratif et moral de l’État et des sponsors.

DSC_3797

Cela signifie donc qu’il est compliqué de s’investir dans la marche. En Russie, marcher sur de longues distances n’est pas soutenu par la fédération, le bureau du maire, etc. Tout n’est que patriotisme personnel. Comment se faire connaître ? Uniquement à titre d’exemple, des photos et vidéos de compétitions, des rapports (le cas échéant) avec des histoires de marcheurs. 

Comment faites vous pour être toujours compétitif ? Est ce qu’avec le temps, cela demande de plus en plus de préparation ? À propos de ce sujet, plus agréable et intéressant, oui, pour rester au sommet, il faut constamment augmenter la charge. Mais tout le temps pour augmenter le nombre de kilomètre ce n’est pas possible. Il y a une limite après laquelle les blessures commencent. Par conséquent, nous devons expérimenter tout le temps, nous devons trouver une nouvelle combinaison de différentes préparations, utiliser des méthodes innovantes modernes.

Que vous apporte la marche ? J’adore le sport, je marche depuis mes 12 ans. Dans l’enfance, je faisais d’autres choses. Mais maintenant, la marche est le sport le plus abordable. Vous pouvez porter des baskets et aller au travail à pied. On s’entraîne sans perdre de temps à changer de vêtements, et en allant au gymnase ou à la piscine. Mais en même temps, la marche donne un bon entraînement à tout le corps et une bonne humeur. Le week-end, vous pouvez vous éloigner de chez vous, voir de nouveaux endroits. Et bien sûr, c’est une rencontre lors de compétitions entre amis. L’excitation de la compétition est importante.

Pouvez vous nous dire comment vous vous entraînez ? J’ai du mal à dire comment je m’entraîne. Il existe un plan de préparation général. Mais ce n’est qu’un plan. J’essaie d’y adhérer, mais il est ajusté en fonction du temps, du travail, de la météo et du bien-être. En hiver, l’entraînement est légèrement différent de l’été. Pas beaucoup plus de vêtements, un peu moins de vitesse. Et au lieu de nager, de skier, quand le temps le permet, je cours souvent. Et en hiver, un vélo d’appartement au lieu d’un vélo.

Pouvez-vous nous donner une distance approximative de marche par semaine ? Je ne m’attends pas à couvrir plusieurs kilomètres. Je fais très peu de semaines avec une distance de plus de 170 km. (courir et marcher).

Où vous entraînez-vous ? Je m’entraîne dans les rues de Saint-Pétersbourg. Vous pouvez me rencontrer là-bas. 🙂

Un dernier mot peut être ? Bonne année ! Fixez-vous de nouvelles objectifs et trouvez de nouvelles solutions ! Santé à tous et bonne chance, et pas seulement à la nouvelle année ! Bonne promenade !

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s