Blog, Evénements, marche, marche athlétique

Championnats du Monde Doha : Les bleus sont chauds !

DohaAprès plusieurs jours d’attente, les 60 athlètes de l’équipe de France sont prêts à entrer en scène et dans le vif du sujet, dans la moiteur du Khalifa stadium de Doha. Deux ans après les trois titres mondiaux de Londres, et à dix mois des Jeux de Tokyo, les Tricolores abordent la huitaine à venir avec ambition et détermination. Nous suivrons tout particulièrement nos trois marcheurs : Gabriel Bordier, Kévin Campion et Yohann Diniz.

Le sujet est sur toutes les lèvres, et sur toutes les tempes, depuis quelques jours : la touffeur de Doha (37°C et même 46°C en ressenti, 80% d’humidité) est la grande inconnue de ces championnats du monde 2019. Sportivement, ces conditions climatiques extrêmes ont bien entendu été anticipées « avec les athlètes, leurs entraîneurs et des spécialistes, pour amener nos athlètes à pouvoir s’exprimer pleinement », explique Patrice Gergès, le directeur technique national. Yohann Diniz a d’ailleurs fait part ses derniers jours de ses désaccords avec la Fédération internationale, qui pourrait annuler des épreuves en raison de la chaleur. Quand on sait la préparation du sportif et tout ce que cela demande pour arriver à un tel niveau…. Difficile d’imaginer cela…

L’un des nombreux atouts de cette équipe de France 2019 : sa nouvelle génération. « Notre équipe, d’une grande diversité, est à la croisée des chemins entre la génération Barcelone 2010 et la génération Paris 2024″, raisonne André Giraud, le président de la FFA. « Nos soixante athlètes sont issus de 41 clubs, et treize des dix-huit ligues sont représentées, dont trois ultra-marines (Réunion, Martinique, Guadeloupe), ce qui prouve la richesse de nos territoires. »

« Cela fait longtemps qu’on n’a pas eu une équipe tendant vers la parité comme c’est le cas cette année (33 hommes – 27 femmes), avec 17 filles qualifiées en individuel contre 13 en 2017, reprend Patrice Gergès. C’est encourageant, puisque nous visons l’égalité parfaite d’ici 2024. Il faut aussi noter que seize athlètes ont moins de 23 ans, ce qui valorise notre volonté de rajeunir nos effectifs. Ces jeunes sont amenés à devenir nos leaders pour l’olympiade 2020-2024. Mais pour être un leader dans trois ou quatre ans, il faut déjà connaître le niveau européen et mondial. C’est ce qui a guidé nos choix de sélection en invitant tous ceux qui ont rempli les conditions demandées par l’IAAF dans notre période de référence, à compter du 1er mai. »

Huit athlètes médaillés mondiaux

En plus des jeunes pousses, les Bleus comptent dans leurs rangs huit athlètes (Mélina Robert-Michon, Alexandra Tavernier, Pierre-Ambroise Bosse, Yohann Diniz, Renaud Lavillenie, Christophe Lemaitre, Kévin Mayer, Jimmy Vicaut, qui ont déjà connu les joies d’un podium aux championnats du monde. « Ils seront nos fers de lance, et nous avons au sein de l’équipe le savoir-faire en termes de partage d’expérience qui doit permettre à chacun de trouver sa place et s’épanouir, des plus jeunes aux plus expérimentés. Nous disposons selon moi, de beaucoup plus de finalistes et de médaillés potentiels qu’on ne le croit. Beaucoup voudront montrer qu’ils ont un niveau olympique dès maintenant. Nous saurons dans quelques jours si nous récoltons déjà de bons fruits, ou si nous avons simplement planté une bonne graine », conclut le DTN.

Le chiffre : 3

La sélection française est, parmi les 210 délégations engagées sur ces championnats du monde 2019, la seule nation à présenter trois détenteurs de record du monde : Yohann Diniz, Renaud Lavillenie et Kévin Mayer.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s