Blog, Interview, marche, Marche nordique

Julien Auviste, de l’Heptathlon à la marche nordique

Julien Auviste.jpgJulien Auviste, licencié au Doubs Sud Athlétisme, est un spécialiste des épreuves combinées (Heptathlon et Décathlon), titulaire d’un master STAPS en préparation physique et mentale ainsi qu’un DEJEPS ((Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport, mention athlétisme et disciplines associées). Le doubien a découvert la marche nordique en 2011. S’il ne s’investit pas à 100% dans la discipline, il est pourtant bel et bien l’une des grandes figures de la discipline avec une seconde place acquise lors des derniers championnats de France disputés à Fontainebleau (77), le 30 septembre dernier.

Après un parcours riche de sportif de haut niveau en heptathlon et decathlon, vous découvrez la marche nordique en 2011, une année où ce sport n’était pas aussi développé que maintenant. Pouvons-nous revenir sur votre découverte de la marche nordique ? J’ai en effet découvert la marche nordique en 2011 après un parcours de combinard somme toute assez respectable, même si j’en voulais plus. Les blessures à répétition m’ont forcé à me retirer du circuit et mon travail ne me laissait plus suffisamment de temps pour m’entraîner sérieusement pour espérer rivaliser au plus au niveau national. J’ai découvert la marche nordique par le biais de mon emploi. Après mes études, mon club d’athlétisme me propose un poste de coach athlé santé, à cette époque, je ne pouvais pas refuser. C’est un luxe de pouvoir être embauché juste après ses études dans le milieu du sport. J’ai passé, dans un premier temps, mon diplôme d’entraîneur 1er degré et c’est là que j’ai vraiment fait connaissance avec cette discipline qui me paraissait au départ un peu « bizarre ». La marche avec bâtons ??? Tiens donc… Mais toujours curieux de découvrir de nouvelles choses, je me suis dit qu’après tout, au vu de tous les mérites qu’on lui accorde, cette activité doit en valoir la peine. Me voilà donc entraîneur marche nordique et dans la foulée, Coach Athlé Santé.

Imaginiez-vous que ce sport allait se développer comme il l’est aujourd’hui avec de nombreuses épreuves, et de nombreux adhérents, en constante progression ? Pour être honnête, au départ, j’étais un peu sceptique. Surtout quand la FFA a commencé à parler de compétitions. Je me suis dis que ça allait être très compliqué à mettre en place. En revanche, j’ai tout de suite été séduit par la discipline en elle-même, ce qu’elle représente et les bienfaits qu’elle peut apporter si pratiquée correctement. A l’heure actuelle, c’est une des seule activité physique avec laquelle on peut tirer autant de bénéfices. Tout le monde devrait s’y mettre.

On peut lire sur votre site que parmi vos motivations, il y a l’envie de donner goût à la pratique physique aux plus réfractaires. Comment faites-vous ? Vous avez un remède particulier ?  Difficile à dire, j’essaye de rester moi-même lorsque je vante les mérites de la discipline. Cela me fait doucement rigoler lorsqu’on dit que la pratique de la marche nordique et du sport en général va te faire maigrir. Certes, la marche nordique est une discipline complète qui fait travailler la plupart des muscles du corps. En la pratiquant régulièrement (2 à 3 fois par semaine), les bienfaits commencent à se faire ressentir et la silhouette peut s’affiner. Intéressant pour celles et ceux qui voudraient perdre du tour de taille, mais ce n’est pas pour autant que vous allez perdre du poids. Le muscle pèse lui aussi et vous en gagnerez forcement en pratiquant, donc ne vous étonnez pas de ne pas perdre sur la balance ! Toute démarche de perte de poids doit être accompagnée d’une rééducation alimentaire (et attention je ne parle pas de régime, à bannir !). Je m’emballe un peu, mais en gros voilà le genre de discours que je tiens lorsque quelqu’un vient me voir en me disant qu’il veut pratiquer pour perdre du poids, je ne lui jette pas de poudre aux yeux. En gros, restez honnête avec vos pratiquants !

Vous avez terminé à la seconde place du dernier championnat de France de marche nordique. Vous attendiez vous à un tel résultat ? Et qu’est ce qui vous a manqué pour monter sur la plus haute marche du podium ? J’ai procédé étape par étape. Au cours de l’année je suis rentré dans cette démarche compétitive car la ville de Besançon avait le projet ambitieux d’être la première ville de France à être labellisée « Uni’Vert Trail ». Plusieurs ambassadeurs sportifs bisontins sont porteurs du projet et je me suis proposé pour être le représentant de la marche nordique sur le territoire. Je leur ai donc exposé mon projet de me qualifier au France et d’accrocher un podium. Je savais que j’en avais les capacités. Le résultat ne m’a donc pas trop étonné, même si j’avais un peu peur de ne pas être à la hauteur vu le manque d’entraînement. Je n’ai en effet pas de temps à consacrer à mon entraînement personnel, je sors avec mes adhérents chaque semaines sur les sentiers, mais je n’ai aucune séance spécifique dans les jambes lorsque j’arrive sur une compétition, je joue sur mes acquis d’ex athlète de haut niveau. Je dois avoir de bon restes :p Mon hygiène de vie est plutôt bonne, je pense que ça pèse dans la balance. Ce qui me manque donc pour détrôner le patron, c’est probablement de l’entraînement.. et 3 minutes 15 😊

Comment expliquez vous la supériorité de Franz Liskowitch sur le Marche Nordique Tour et qui ne manque jamais un grand événement ? Je ne connais pas encore suffisamment Franz pour me faire un avis sur lui, mais d’après les articles que j’ai pu lire, c’est un athlète qui semble avoir un entraînement sérieux et qui consacre beaucoup de temps à cette discipline qui paraît être devenue pour lui une passion. Dans mon cas ce n’est pas la même chose, je n’ai pas le budget pour me déplacer sur toutes les compétitions et soyons honnête, pas l’envie non plus. Ma passion à moi c’est l’athlétisme et la compétition, j’ai un besoin de me confronter aux autres. Lorsque j’ai su que je devais arrêter les combinées à cause des blessures et notamment une tendinite chronique qui ne m’a jamais lâché, il fallait que je trouve autre chose pour étancher ma soif de compétition. La marche nordique est la seule discipline athlétique que je peux pratiquer sans douleurs (sauf courbatures) et où je ressens cette dépense énergétique importante. L’état d’esprit m’a également séduit, je retrouve un peu cette camaraderie qui existe chez les combinards.

auvisteLors d’une précédente interview, diffusée sur le , vous évoquez le fait que votre passé de sportif de haut niveau vous a donné des qualités physiques que vous pouvez retranscrire dans la marche nordique. Pouvez-vous nous détailler ces qualités physiques pour comprendre ce qui fait la réussite d’un marcheur nordique ? J’ai dit ça moi ??? 😉 J’ai commencé l’athlétisme à l’âge de 8 ans et je n’ai jamais lâché. Malgré mon jeune âge (33 ans), j’en suis déjà à ma 25ème licence FFA, ce qui n’est pas rien. En 25 ans on acquiert forcément de l’expérience et pas seulement au niveau physique, mais également dans tout ce qui gravite autour de l’athlétisme et du sport en général. Sommeil, récupération, alimentation… sont toutes des notions qu’un sportif de haut niveau doit avoir en tête s’il veut performer. L’éducation athlétique est une formidable école que tout enfant devrait connaître. Mon passé d’athlète m’a donné des bases de coordination, de vitesse, de puissance, de résistance et j’en passe, que nul sportif débutant ne peut avoir, il faut être lucide. D’autant plus quand vous pratiquez les épreuves combinées, comme se fît mon cas. Peut-être que certains, en lisant ces lignes, vont penser que je me la raconte, je ne veux pas passer pour un prétentieux, je souhaite seulement retranscrire mon sentiment. Je ne dis pas que quelqu’un qui commence la marche nordique sans avoir fait de sport avant ne pourra pas être performant un jour, mais il lui faudra probablement beaucoup d’entraînement pour atteindre un bon niveau. Pour être synthétique, je ne partais pas de zéro quand j’ai commencé à participer aux compétitions de marche nordique, j’avais déjà des bases sportives solides. Si on mettait par exemple un Kévin Mayer bâtons en mains, je suis persuadé qu’avec quelques séances d’entraînement technique, il s’en sortirait très bien sur un MNT.

7ème à Nantes, 5ème à Orange, et 2ème du championnat de France, c’est une excellente année. On peut imaginer que vous avez encore de beaux jours devant vous pour vous imposer. C’est en effet un très bon début. J’aurais probablement pu faire mieux à Nantes si j’étais parti dans le premier sas, je me suis grillé en essayant de rattraper les premiers et au bout de 3 tours, plus de jus ! Cette année risque d’être un peu délicate avec la naissance de ma fille il y a 3 semaines, mais je vais tout faire pour participer à mes 3 manches qualificatives et tenter de faire un résultat au championnat de France 2019.

Vous êtes éducateur sportif dans le Doubs et coach athlé santé. Peut-on définir les nouveaux marcheurs ? sur ce qu’ils recherchent, sur leur ambition en venant vous voir et en s’inscrivant dans un club ? Je ne pense pas qu’il y ait de profil type et que cela peut varier d’une région à une autre. En effet, en Bretagne par exemple (coucou les bretons ;), le versant compétition est très développé et les compétiteurs sont donc de formidables portes paroles pour les autres adhérents qui souhaiteraient s’y mettre. Ici en Bourgogne-Franche-Comté, en terme de compétition, nous avons un peu de retard, on est meilleur en vin et en comté ^^. Non, pour rester sérieux, je ne me déplace pas encore avec une équipe sur le MNT malheureusement. Ce serait cependant un formidable objectif pour les années à venir. Je ne défends pas à tout prix la pratique en compétition, chacun fait comme il l’entend. La marche nordique était d’ailleurs au départ une discipline « uniquement loisir et santé » et je pense qu’ici, c’est plus ce versant qui séduit. Lorsque l’on vient me voir, ce n’est pas pour la compétition, c’est pour tester une discipline qui paraît idéale pour se remettre en forme.

A plus ou moins long terme, ambitionnez vous la plus haute marche du podium sur les épreuves du Marche Nordique Tour ? Ça serait mentir que de dire le contraire. Quel compétiteur chevronné je serais si je répondais non ? Je reste cependant lucide, je sais pertinemment qu’en ne consacrant pas plus de temps à l’entraînement, je ne pourrai jamais atteindre cette place. Je pense que la compétition m’attirera encore plus quand son développement sera à son apogée. Ce ne sont pour le moment que les prémices en France et même dans le monde. A quand un vrai championnat d’Europe et du monde ?

Un GRAND Merci à vous, un dernier mot peut être pour conclure ? Puisque vous m’en donnez l’occasion, j’en profite. Je souhaite vraiment que cette belle discipline rencontre encore plus de succès que ce soit en loisir, mais également en compétition. Que les instances fédérales consacrent un peu plus de temps pour établir un règlement qui tienne la route en discutant avec les pratiquants et en prenant en compte leurs remarques, mais également en regardant ce qui se passe au niveau international. Tout est encore discutable et je sais pertinemment qu’il y en aura toujours qui ne seront pas d’accord, mais nous devons tous faire preuve de bienveillance si nous voulons que la discipline en compétition évolue dans la bonne direction. Pour finir, j’en profite pour remercier mon partenaire HelloAsso, qui me fait confiance en m’accompagnant cette saison. Il aura fallut attendre 25 ans pour qu’un sponsor s’intéresse à moi et en plus, par le biais d’une discipline encore moins médiatisé que le décathlon, drôle non ? 🙂 Merci à tous ceux qui auront pris quelques minutes pour lire cette interview et merci à Culture Marche pour avoir réaliser cette dernière. Bonne saison à vous tous et au plaisir de vous croiser sur le circuit du MNT.

auviste

1 réflexion au sujet de “Julien Auviste, de l’Heptathlon à la marche nordique”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s