Blog, Challenge Nordique Bretagne, Evénements, Interview, Marche nordique

Didier Guillemot et Dominique Nabucet, deux passionnés au service de la Marche Nordique, nous présentent le Challenge Nordique Bretagne

P1010015
La Marche Nordique connaît depuis quelques années un bel essor. Reconnue comme un sport bien-être et santé, elle est aussi un sport de compétition avec des compétiteurs passionnés et souvent engagés dans son développement. C’est le cas de Didier Guillemot (à droite sur la photo ci-dessus), co-fondateur du Challenge Nordique Bretagne avec Dominique Nabucet (à gauche sur la photo ci-dessus), qui nous a accordé un bel entretien pour en savoir plus sur la marche nordique et comprendre le succès du Challenge Nordique Bretagne, envié par de nombreux marcheurs.
J’aimerai que l’on revienne sur l’origine du Challenge Nordique Bretagne. Pouvez-vous nous présenter votre discipline et nous expliquer comment est né ce Challenge qui connaît aujourd’hui, un vrai succès ? L’athlétisme et la course à pied en particulier, mais aussi la marche dit athlétique, sont nés autour d’un stade, puis les envies de plus grands espaces ont créé la route. Ensuite, les envies de nature se sont transformées en trail, mais aussi sans doute les traumatismes liés aux chocs répétés sur les surfaces dures. Les sportifs des débuts ont vieilli, mais sont aussi complètement cassés, ou alors démotivés, ayant fait pour certains le tour de la question, ou du stade ! La marche nordique a fait son apparition dans les pays nordiques. Elle a comme but principal d’être un substitut pour l’entraînement des skieurs de fond en été. Cela devient très vite une activité de loisir, qui permet à tous de faire du sport et de faire travailler presque tous nos muscles en douceur. Ce qui en fait un sport, ou plutôt une activité très recherché des « retraités « . Mais comme pour tout sport, (et j’ai envie de dire, pour qu’il se développe), il lui faut sa version compétition.
Les premières marches nordiques compétitions sont apparues aux débuts des années 2010. En 2011, l’Ultra marin de Vannes organise sa première MNC, avec 254 arrivants, dont des grands noms de la marche nordique, comme Gérard Bernabé (Paris), mais aussi Alain Mens (Vannes), ou Patrick Maréchal (Reims). En 2012 c’est l’explosion, avec le marathon du Mont Saint Michel, le marathon vert à Rennes, H D B le Quessoy s’y mettent aussi … et l’Ultra Marin Vannes affiche 454 arrivés, que des grands noms ! De plus en plus, les clubs organisateurs proposent dans leur programme une marche nordique rando, en test : la compétition, cela fait peur ! En 2013, la croissance se confirme en terme d’organisations, mais aussi en terme de concurrents.
C’est aussi l’année où j’arrive sur le circuit breton. L’ultra marin, qui reste la référence, affiche 598 à l’arrivée. On doit être à une dizaine de compétitions sur la Bretagne, et tout juste autant sur le reste de la France. En 2014, je me licencie au Club Athlétique Bigouden à Pont l’Abbé 29, et nous prévoyons d’organiser la 1ère marche de Tronoen. Dom Nabucet se met en contact avec moi, il organise aussi sa MNC lors du TRAIL MUCO DE VITRE (à l’autre bout de la Bretagne), et nous nous mettons d’accord pour organiser un Challenge de marche nordique sur le territoire breton, avec 2 épreuves par département, soit 8 épreuves sur le CNB 2014, the first.
La finale aura lieu dans une grande ville en fin d’année, à Rennes à l’occasion du marathon vert, pour nous une tribune exceptionnelle. C’est à Rennes en 2014, sur la ligne de départ, 1 an après la naissance du CNB, que Dom et moi se serrons la main pour la première fois, fier de notre réussite. Quelques coups de téléphone et de nombreux mails auront suffit à nous rassembler et à tout mettre en place. Et voilà c’est parti ! D’une dizaine de compétitions en 2014, nous sommes à plus de 50 pour la saison 2017-2018. En 2016, nous avons décidé de choisir Vannes et son Ultra marin, comme lieu de remise des prix, c’est pourquoi les saisons sont à cheval sur 2 années. Mais rien n’est figé et nous changerons sûrement de ville pour une saison à venir. La MNCompétition devient la MNChronométrée : MNC, la première dénomination, restant l’apanage de la FFA, qui a pris les choses en main en organisant un championnat de France de Marche Nordique et un circuit, le Marche Nordique Tour, avec plusieurs compétitions aux 4 coins de France, qualificatives pour le Championnat de France, sur un circuit type Cross en plusieurs boucles, devant des arbitres formés sur le tas (et c’était souvent la veille) avec des jugements très décriés. Ils ont un relatif succès, mais beaucoup en reviennent souvent très énervés, plutôt que détendus.
Comment expliquez-vous ce bel engouement que connaît la marche nordique en Bretagne ? Comme je l’ai laissé sous entendre, la marche nordique a attiré beaucoup de blessés de la course, car c’est un excellent substitut à la course. On fait des efforts, on transpire, on renforce tous nos muscles, y compris ceux du hauts du corps, le goût de la compétition est toujours là, et il existe entre nous une énorme envie de se revoir, une convivialité que tout le monde nous envie, mais surtout les traumatismes de la course à pieds ont disparu en marche nordique : Les genoux ne font plus mal. Mieux encore, et on le voit au bout de 3 à 4 ans, certains marcheurs se remettent à la course à pieds après s’être refait une santé, « s’être remusclé les genoux », sans pour autant abandonner la Marche Nordique Chronométrée. Nous croyons fermement, que cette convivialité entre nous, marcheurs et bretons, est ce ciment qui nous lient et fait de ce Challenge Nordique Bretagne, un succès que toutes les autres régions nous envient. Mais je pense qu’il suffirait juste de 2 personnes par régions pour faire le même travail de présentation et de prospection vers les organisateurs de courses et trail pour qu’ils insèrent dans leur programme une MNChrono.

photoercee1

Photo : de gauche à droite : Christian Coudert, un des meilleurs marcheurs bretons, responsable du département 56 et actuellement 3ème du Marche Nordique Tour 2017/2018 – Dominique Nabucet – Didier Guillemot et Vincent Dauguet, un des membres de la première heure responsable du site

Comment se créé le calendrier du Challenge Nordique Bretagne ? Nous prenons comme base toutes les organisations des courses hors stade route, mais surtout nature ou trail, pour y insérer une MNC. De nombreux mails, prés de 250 pense Dom, depuis notre première édition, et de nombreuses conversations téléphoniques, ou visite sur place, auront raison d’un scepticisme de certains organisateurs à confirmer l’idée qu’il y a un marché à prendre, ou d’innover dans leurs offres aux sportifs de tout niveaux. Le CNB n’a aucun pouvoir sur les dates ou son calendrier. On prend avec plaisir ce que l’on nous offre et tant pis si certaines dates se retrouvent en concurrence. Il n’est pas rare de voir 2, 3 ou 4 compétitions le même Week-end, et plus rarement à moins de 50 Kms l’une de l’autre. Nous avons tellement bien réussi notre opération séduction, que les organisateurs exigent le « label CNB  » pour accepter une MNC dans leur programme. Le gage pour eux, d’avoir un beau plateaux de marcheurs, et globalement le niveau breton est assez exceptionnel. La France craint, respecte et envie le niveau et les individuels issus du CNB. Au fur et à mesure des organisations renouvelées ou non, ou des nouvelles, le calendrier évolue et s’étoffe ainsi tous les ans. Le calendrier du CNB a toujours été à cheval sur 2 années, au même titre que le calendrier FFA, (délivrance des licences), ce qui justifiait aussi le choix de Rennes fin octobre pour la finale du CNB qui correspondait à la fin de la saison fédérale. A la demande des marcheurs, car nous les écoutons aussi, Vannes s’est imposé comme un choix logique de finale. C’est quand même la plus grande compétition de marche nordique en France avec plus de 1000 inscrits. 30 kms avec des chronos allant de moins de 3h15 pour les meilleurs, jusqu’au double pour les derniers, qui autant fiers, sinon plus d’y avoir participer. Ce sera samedi 30 juin 2018 pour cette année. Contrairement au calendrier du Marche Nordique Tour de la FFA, qui a pour volonté d’étaler les dates et les lieux sur une année fédérale et sur toute la métropole, les clubs organisateurs postulent et s’ils répondent au cahier des charges de la FFA, feront partis des épreuves labellisées et qualificatives au championnat de France, à partir du moment, ou les marcheurs sont licenciés FFA.

Comment fonctionne le Challenge Nordique Bretagne ? Les points du challenge 2017-2018 seront pris en compte jusqu’au dimanche 24 juin 2018, et les trophées du CNB 2017-2018 seront attribués sur le podium de l’Ultra Marin Vannes, le samedi soir du 30 juin après la course. Ce sera donc la première étape du challenge 2018 2019. Le règlement complet du C N B est sur notre site www.marche-nordique-bretagne.com, ainsi que le classement des marcheurs et marcheuses au fur et à mesure que les épreuves se déroulent. Ce classement motive tout le monde, et c’est sûrement une des clés de la réussite, à en croire tous les marcheurs qui se déplacent sur toute la Bretagne pour aller chercher des points qui permettront de battre le ou les copains. Contrairement aux Marche Nordique Tour, les marches CNB sont ouvertes à tous, licenciés ou pas, bretons ou pas. Par contre de par la loi, il faut toujours un certificat médical d’aptitude à la course ou la marche en compétition. Et afin de ne pas tout mélanger, les courses MNTour bretonnes sont exclues du calendrier CNB.

Quelles sont vos ambitions pour les prochaines années ? En résumé, notre première étape, celle de créer un Challenge, une assise solide, et de lui donner une notoriété au niveau des marcheurs, mais surtout des organisateurs, sans qui on ne serait rien, est gagné. La deuxième étape était de trouver un règlement bien adapté et favorable à tous, d’augmenter l’offre des organisations, c’est encore gagné. L’étape actuelle est à la fois plus simple, mais bien plus compliqué : gérer la qualité de la technique de marche, et la beauté du geste, afin d’être irréprochable dans les classements + changer l’image de la marche nordique chrono, ce n’est pas de la marche rando + Lui donner une image d’un sport à part entière, ce qui permettra, et c’est notre objectif final : augmenter le nombre de marcheurs compétiteurs.

Que peut-on vous souhaiter pour cette nouvelle année ? Peut être, sûrement même, créer une association et augmenter la territorialité du CNB en devenant le CNO, le Challenge Nordique de l’Ouest, plutôt le grand ouest, car des 4 départements bretons en 2014 (22-29-35 et 56), nous avons ajouté en 2016 les départements limitrophes 44, 50 et 53. D’autres départements nous rejoindrons sans doute pour la prochaine saison 2018 2019.

En vous remerciant pour tous ces renseignements, un dernier mot ? Ce n’était pas gagné : la convivialité sur les arrivées, les discussions quelque fois enflammées sur facebook, les réclamations amicales sur les classements … peut être la fameuse galette saucisse chère à Dom et tous les bretilliens, le niveau global des compétiteurs, sont pour nous, toute l’équipe organisatrice du CNB, une énorme satisfaction, et cela nous permet de continuer à gérer ce CNB avec motivation et sourire, dont nous sommes si fier, et là, j’associe avec toute l’équipe du CNB, tous les marcheurs compétitions, bretons ou pas.

IMG_8947
Photo : Didier Guillemot (au micro), Dominique Nabucet et Alain Lefebure-Thomas, fondateur du club de marche nordique de Bain de Bretagne (35).

1 réflexion au sujet de “Didier Guillemot et Dominique Nabucet, deux passionnés au service de la Marche Nordique, nous présentent le Challenge Nordique Bretagne”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :