Blog, Interview, Marche nordique

Entretien avec Ramon David Alvarez Borras, Champion d’Espagne de marche nordique

Ramon champion d'espagne
Arrivée de Ramon Davi Alvarez Borras

Ramon David Alvarez Borras fait un grand honneur à Culture Marche ! Le nouveau champion d’Espagne de Marche Nordique nous a accordé de son temps quelques jours après sa victoire. Un GRAND Merci à lui pour cet entretien dans lequel nous évoquons sa victoire acquise dans une ambiance particulière, mais aussi ce sport que nous apprécions tant. Un Grand merci également à la Fédération Espagnole des sports de montagne et d’escalade, pour nous avoir mis en relation avec le champion espagnole !

Ramon David Alvarez Borras, Félicitations pour votre titre de Champion d’Espagne ! Pour commencer j’aimerai revenir dans un premier temps, sur votre course. Pouvez-vous nous résumer un peu cette journée du 13 octobre dernier ? Tout d’abord, la course a été marquée par quelques tensions, à cause du changement de lieu du circuit, dû aux tristes événements de Majorque, c’était un handicap pour tous. En outre, la mise en œuvre de la « boucle de sanction » a créé un peu d’inquiétude chez les manifestants, puisqu’il s’agissait de quelque chose de nouveau. Après avoir gardé une minute de silence en mémoire de Pablo Ariza et des victimes des inondations, le premier coup de sifflet a été donné avec brio par mon partenaire Victor Candela et le natif madrilène, David Ráez. À 500 mètres, j’ai réussi à me faufiler dans différents trous et à me mettre en premier, à imprimer le rythme et à profiter peu à peu de mon persécuteur, le grand Julio José Mayal. J’ai atteint la ligne d’arrivée avec un temps de 01:29 sur un parcours technique et rocheux de 14 km et 159 m de dénivelé positif. L’arrivée au but était très excitante et émotionnelle.

RAmon3Comment expliquez-vous votre succès ? Étiez-vous plus motivé que jamais ? Avez-vous suivi une préparation particulière ?  Le succès a été marqué par une formation physique et technique difficile, l’analyse de nombreuses vidéos et la correction des échecs, même si nous serons toujours en apprentissage constant. J’ai combiné des courses sur asphalte et en montagne, ainsi que des courses de 7 à 10 km pour suivre le rythme.

Cette course s’est tenue dans des conditions très tristes après les inondations qui ont touché le sud de l’Espagne et après la mort de Pablo Ariza, champion d’Espagne en 2017 (Première édition du champion national de marche nordique). Je suppose que vous le connaissiez bien, que vous aviez déjà marché avec lui … Pouvez-vous nous dire quelques mots sur Pablo Ariza, des souvenirs marquants ? Depuis que je l’ai rencontré, j’ai su qu’il était un vrai gentleman, avec ses rivaux, avec ses coéquipiers, ses arbitres, etc. Il m’a conseillé, il était sincère, tout le monde l’appréciait, nous ne pouvions jamais être à sa hauteur, il était notre champion. Il a fait l’histoire de notre sport et nous le porterons toujours dans nos cœurs. La vérité est qu’avec la mort de Pablo et les inondations de Sant Llorenç, nous avons pris une semaine avec un moral très déprimé et toujours en attente de nouvelles à la dernière minute. Très stressant, mais le tout porté avec beaucoup d’efforts par les organisateurs.

Combien d’heures d’entraînement par semaine faites-vous et pratiquez-vous dans d’autres sports ? En semaine normale, 4 à 5 entraînements ne dépassant jamais 2 heures. En semaine de compétition, 2-3 sessions sont plus fluides. Je combine la marche, la course et le cyclisme. Ça me donne beaucoup de rythme.

Comment êtes-vous arrivé à la marche nordique ? Et depuis combien de temps pratiquez-vous ce sport ? Je suis arrivé par hasard. J’avais fait une vingtaine de podiums sur des trails en 2017 et je voulais m’améliorer en introduisant les bâtons dans cette pratique. J’ai remarqué que les marcheurs nordiques étaient ceux qui l’utilisaient le mieux. J’ai donc acheté des bâtons très basiques et commencé à apprendre. J’ai fait mes débuts dans une compétition en février dernier à Algemesí (Valence) où j’ai reçu deux sanctions. À partir de là, c’était un défi d’améliorer ma technique. Je pratique la marche nordique depuis 8 mois.

ramon 4
Avec la troisième et quatrième place. David Ráez et Víctor Candela

La marche nordique semble être très présente en Espagne avec de nombreuses courses, de nombreux clubs. Comment expliquez-vous cela ? Il y a de plus en plus d’adeptes, au niveau compétitif, au niveau thérapeutique et, espérons-le, bientôt au niveau local. Il y a des gens (organisateurs, instructeurs, arbitres) qui s’efforcent de mener à bien ces carrières et petit à petit, en Espagne, cela devient plus populaire.

L’Espagne est un pays où il fait chaud, parfois même très chaud. Comment gérez-vous les heures de marche en plein chaleur ? Ma zone est une zone très chaude, la côte valencienne, je suis habitué à cela, à l’entraînement, je fais habituellement mes sorties au milieu de la journée ou au moins aux mêmes heures que les compétitions, pour apporter une adaptation appropriée. Tout cela toujours avec une supervision médicale à travers des revues annuelles qui certifient ma santé optimale.

19ème de la dernière Coupe d’Espagne, la prochaine Coupe est-elle un but ? Bien sûr, au niveau national, mon objectif principal pour 2019 est la Coupe d’Espagne et le Championnat d’Espagne individuel, même si je sais que j’aurai beaucoup de difficulté. J’aimerais aussi participer à un championnat européen ou un mondial.

En France, certains considèrent la marche nordique plus comme un loisir que comme un vrai sport. Quelle image a la marche nordique en Espagne ?  Ici aussi en Espagne, elle est également considérée comme un sport pour les personnes âgées, mais de plus en plus de jeunes sortent et vont bientôt exploser comme un grand sport de masse, car ses avantages sont bien meilleurs que la course à pied.

Certains marcheurs français demandent aux autorités de créer un championnat européen. Qu’en pensez-vous ? L’idéal serait d’unifier les réglementations dans le monde entier et de pouvoir créer officiellement des championnats européens et mondiaux. Tant au niveau des sélections et des clubs. Je rejoins ce mouvement.

Quels matériaux utilisez-vous ? Actuellement, je n’ai pas de sponsor. J’utilise généralement un modèle de chaussure de trail flexible qui adhère sur toutes les surfaces. Les bâtons sont constitués d’une section de carbone à 85% et de pointes de couteaux.

Quels sont vos prochains objectifs ? La Coupe d’Espagne et quelques courses européennes.

Merci ! Acceptez-vous que culturemarche.com diffuse vos divers exploits tout au long de l’année ? Bien sûr, vous faites un très gros travail de diffusion de ce sport. Je vous encourage à continuer.

Merci un dernier mot peut-il être ? Je dédicace ma victoire à tous ceux qui ont cru en moi et à mes possibilités, aux instructeurs, aux partenaires de sélection, etc., et bien sûr j’ai une grande pensée pour la famille de Pablo Ariza et aux personnes touchées par les inondations à Majorque.

(Photo ci-dessous, dédicacée à Pablo Ariza et aux personnes touchées par les inondations de Majorque.)

ramon5.jpg

1 réflexion au sujet de “Entretien avec Ramon David Alvarez Borras, Champion d’Espagne de marche nordique”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s