Blog, Interview, marche, marche athlétique

Entretien avec Erin Taylor-Talcott : 4ème du Paris-Alsace 2018

Erin Taylor Talcott.jpgErin Taylor-Talcott est une athlète américaine spécialiste de la marche. Présente l’an dernier parmi les 7 féminines sur les Championnats du Monde du 50 kilomètres à Londres, elle a participé cette année à son premier Paris-Alsace en s’octroyant une 4ème place et en inscrivant son nom dans l’histoire : Elle est la première femme américaine a avoir terminé le Paris-Alsace. A 40 ans, elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et affiche ses ambitions pour les prochains championnats du monde.

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous invite à en savoir plus sur Erin Taylor-Talcott, grâce à l’entretien ci-dessous, qu’elle m’a accordé.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours sportif ? J’ai commencé à l’âge de 11 ans, sur piste dans l’Oregon. J’ai couru tout au long de mes études secondaires et ma première année d’université. J’ai rejoint une autre école en deuxième année et n’ai plus couru durant 3 ans. Un jour, j’étais à Central Park à New York et j’ai vu des gens courir. Ca m’a fait réalisé que j’avais raté quelque chose. J’ai donc recommencé à courir. Mais ce n’est qu’en 2008 que j’ai commencé à m’entraîner sérieusement.

Vous vous êtes spécialisées sur les longues distances. Pour quelles raisons ? Il y a probablement deux choses qui m’attirent sur les distances longues. La première est que je semble y être meilleure. Je ne suis pas une personne très rapide par rapport aux spécialistes, mais je peux garder la vitesse plus longtemps et ne pas perdre le rythme autant que la plupart le font à partir de leur vitesse de pointe. La seconde chose que j’aime vraiment à propos des distances plus longues est le défi mental. Beaucoup de longues courses finissent par ne pas être une compétition contre d’autres concurrents mais contre vous-même. Au cours d’une longue course, il semble y avoir un point où vous avez une discussion avec vous-même : Est-ce que je veux finir ou pas ? Ça fait mal, vous avez mal, vous êtes fatigué, avancez-vous ou arrêtez-vous ? Je vois beaucoup d’athlètes de haut niveau dans les 50 km des Jeux Olympiques et des Championnats du Monde qui s’arrêtent quand les choses deviennent vraiment difficiles. J’aime le défi d’arriver à ce point et vouloir arrêter mais ne pas s’arrêter. J’aime me pousser dans mes limites.

Erin-Taylor-Talcott-Getty-for-IAAF-1250x750.jpgVous vous êtes battues il y a quelques années pour participer à de longues distances en faisant votre possible pour vous aligner sur les événements masculins. Pourquoi cette motivation ? Une grande partie vient du fait que j’étais bonne sur les longues distances. J’ai vu le temps de qualification pour les essais olympiques du 50 Kilomètres aux États-Unis, qui était de 04h45, et j’ai vraiment pensé que je pouvais le faire. C’était un bon défi. Puis j’ai fait ce temps en 2011, alors j’ai voulu participer aux essais olympiques. Si j’étais un homme, je serais autorisé à participer. Je ne pensais pas qu’il était juste que je ne puisse pas avoir cet honneur parce que je suis une femme. Il y a beaucoup de femmes qui sont des marcheuses très fortes qui ont dû se contenter des distances plus courtes car il n’y avait pas d’épreuve de 50 Kilomètres. Cela me semblait injuste, alors je me suis battue pour le changer.

34415262_807688796093129_2627843948709675008_n.jpgVous avez terminé début juin le Paris Alsace 2018 à la 4ème place, et vous entrez dans l’histoire puisque vous êtes la première Américaine à terminer cette course. Quel était votre objectif au départ ? Mon but était vraiment de finir la course. La course est incroyablement difficile, et c’est tellement loin de tout ce que j’ai fait auparavant, que je savais que finir serait un énorme succès. J’ai terminé une course Centurion de 100 milles en 2016 et c’est tout ce que j’avais comme expérience sur les courses d’endurance. Toutes les autres femmes sont si incroyables et ont tellement d’expérience que je savais que je ne pouvais pas les suivre, alors je me suis battue pour aller jusqu’au bout. Je suis entrée dans la course avec l’état d’esprit que rien ne pourrait m’arrêter à part une blessure qui aurait pu engendrer une fin de carrière. Heureusement, aucune de ces choses ne s’est produite ! Et je n’ai jamais eu le moindre moment pendant la course où je voulais arrêter !PAris Alsace.jpgQue retenez-vous de cette édition 2018 et de votre première expérience sur Paris-Alsace ? Si je ferme les yeux et pense à la course, je me souviens de trois choses : d’abord, je me souviens du soutien, des encouragements. Je me souviens que les gens sur les côtés de la rue criaient et applaudissaient. Je me souviens des voitures qui conduisaient en souriant, en agitant et en applaudissant. Je me souviens d’un gars qui a enlevé ses mains du volant pour applaudir et il a failli quitter la route ! Et le soutien des concurrents aussi. Et les juges et les fonctionnaires. Je sentais tout le temps que tout le monde voulait notre réussite. C’est un sentiment vraiment spécial. Deuxièmement, je me souviens avoir franchi la ligne d’arrivée. C’est une expérience que je n’oublierai jamais. Je voulais sauter de haut en bas, j’étais tellement heureuse, et j’ai essayé de sauter, mais je pense qu’ils étaient plus comme de petits sauts de lapin. Mes pieds et mes jambes étaient si fatigués ! Et troisièmement, je me souviens d’un point dans la troisième étape quand tout était douloureux, je ralentissais, mes pieds étaient plein de cloques et je regardais le rythme et les temps de coupure et j’avais peur de ne pas faire le temps de coupure . Je ne voulais pas arrêter, mais j’avais peur d’échouer. Tant de gens m’encourageaient et me poussaient, je ne voulais pas les laisser tomber. Je ne voulais pas me laisser tomber. Je marchais toute seule sur cette belle route (j’ai demandé à mon équipe d’être seule) et j’ai regardé ce troupeau de vaches. J’ai des vaches à la maison, nous élevons des vaches. Alors je leur ai dit bonjour. Les vaches sont des animaux très sympathiques et curieuses. Et elles ont levé les yeux vers moi et m’ont regardé puis ont commencé à courir avec moi. Cela m’a fait sourire et m’a redonné du courage. Et j’ai décidé que j’allais donner absolument tout ce que j’avais. Si je ne faisais pas la coupure, ça allait, tant que je lui donnais tout ce que j’avais. J’ai commencé à pousser et j’ai été capable de le ramasser et j’ai fait chaque temps de coupure !

Pouvez-vous nous présenter votre programme de formation sur une semaine?
C’est difficile car cela dépend de ce pour quoi je m’entraîne et du cycle dans lequel je suis. Mais en règle générale, je fais deux longues journées par semaine, généralement 30K et 35 ou 40K vers 5:30 par K rythme ou plus. Ensuite, j’aurai deux jours de vitesse ; une longue vitesse et l’autre vitesse plus courte. Pour une journée plus longue, il peut s’agir de répétitions 2 K ou d’un fartlek de 10-15 K. Pour la vitesse plus courte peut-être 1K reps ou 500 reps. Les autres jours seront les jours de distance de construction / récupération. Si je suis en plein milieu d’un cycle d’entraînement solide, je serais environ sur 150-180K par semaine.

Et pour une compétition comme Paris-Alsace, qu’avez-vous changé ou apporté à votre entraînement ? Pour cette course, j’ai fait plus de marche. J’ai travaillé pour essayer d’accélérer mon rythme. Je sais que je peux courir vite, mais mon rythme de marche est tellement plus lent que celui des autres ultra marcheurs. Je sais que c’est là que je peux continuer à m’améliorer à l’avenir aussi ! Je faisais des promenades de 3-4 heures dans les collines en essayant de travailler sur ma technique de marche dans les collines. Je sais que cela a aidé certains, mais je sais que je peux m’améliorer beaucoup plus dans ce domaine.

Serez-vous l’année prochaine sur l’édition 2019 ? Malheureusement non. Avec l’annonce du 50 kilomètres des Championnats du monde à Doha l’année prochaine, fin septembre, je me concentrerai sur la compétition. J’espère d’ailleurs qu’il y aura encore un 50 kilomètres pour les femmes en 2020 à Tokyo. S’il y a un 50 kilomètres pour les femmes, je veux être là, donc je dois concentrer toute mon énergie sur le 50 kilomètres. Mais je reviendrai sur le Paris-Alsace ! Je veux revenir et améliorer mon temps et ma place.

20770357_1623973194340571_5570761580597905250_nQue pensez-vous de la russe Tatiana Maslova, victorieuse sur Paris-Alsace en 2015, 2017 et 2018 ? Pourquoi est-elle si forte ? Je pense qu’elle est incroyable ! Une machine ! Je ne sais pas exactement pourquoi elle est si forte, mais je suppose que c’est une combinaison de sa vaste expérience et que son corps est fait pour de longues distances. Et elle est tellement gentille aussi ! J’ai vraiment apprécié de la rencontrer et de parler avec elle.

En vous remerciant, un dernier mot peut-être ? C’était une course tellement merveilleuse. Les organisateurs et les officiels étaient absolument incroyables. Je n’ai jamais eu de problèmes et tout le monde était prêt à aider. Le soutien que j’ai reçu de mes amis et de ma familles à la maison et dans le monde entier, et tous les gens en France étaient incroyables. C’est définitivement une course unique et une course très spéciale. Je suis tellement reconnaissante d’avoir pu y participer que je chérirais les souvenirs pour toujours.

Erin-Taylor-Talcott3.jpg

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s