Blog, Interview, Marche nordique

Entretien avec Jean-Michel Wlodyka, vainqueur sur le Trail de Montaigu le 15 avril 2018

ob_4ecddb_img-0236Jean-Michel Wlodyka, vainqueur sur le Trail de Montaigu, le 15 avril 2018, est l’un des meilleurs marcheurs français. Lorsqu’il se lance dans la marche nordique en 2012, pour ses bienfaits sur le moral et le physique, celui qui fût longtemps frustré à cause de son asthme qui l’a souvent empêché de s’illustrer, notamment en course à pied, ne pensait pas devenir l’un des meilleurs compétiteurs. Actuellement 15ème du Marche Nordique Tour, Jean Michel Wlodyka voue une réelle passion pour la discipline qu’il partage sur son blog jeanmiwmarchenordique.over-blog.com. Je vous recommande d’ailleurs son dernier article, sur lequel il nous fait revivre sa victoire sur le Trail de Montaigu en nous relatant toute la course. C’est avec beaucoup de plaisir, que je vous invite à découvrir ce passionné, grâce à cet entretien qu’il nous a accordé.

A quelques jours de votre victoire sur le Trail de Montaigu, à Bouilly, que retenez-vous de cette victoire ? Je confirme mon résultat obtenu la semaine précédente à Chamarande (5ème  de cette manche de la coupe de France et 1er d’Île-de-France ) . Ce n’était pas l’exploit d’un jour mais bien un cap passé à l’entraînement même si je ne me sens pas encore au maximum  de mes moyens.

S’agit-il de votre première victoire sur une épreuve inscrite au MNT ? J’ai gagné la marche de l’Aiglon à Fontainebleau fin 2017. Là aussi c’était une épreuve de plus de 20km. Pour moi c’est déjà beaucoup de plaisir de prendre le départ d’une compétition, alors gagner en plus, c’est un ressenti très fort. Ce n’était pas une compétition que j’avais au programme à la base, mais finalement elle est  tombée très bien dans le planning pour me faire une grosse séance de foncier pour de prochains événements à venir.

Revenons sur votre parcours. Sur une précédente interview vous précisez que l’un de vos meilleurs souvenirs, est votre première compétition en 2012,  parce que c’était la première fois que vous passiez une ligne d’arrivée. Je vais préciser à nos lecteurs que vous êtes asthmatique et que cela vous a longtemps empêché de faire du sport comme vous le souhaitiez. Par conséquent, comment expliquez-vous votre réussite en marche nordique en tant qu’asthmatique …. ? Aviez-vous à ce moment- là, déjà l’envie de compétition ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous aligner sur les différentes épreuves ? J’ai toujours rêvé d’être sportif mais ça n’était que du rêve devant la télé. 2012 a été un tournant de ma vie. En début d’année, une séparation amoureuse et  le décès de mon père quelques jours après ont été des moments difficiles à dépasser. En septembre 2012, je devais faire 85 kg pour 1m68 , une bonne petite boule en quelque sorte. J’ai voulu me reprendre en main en trouvant une activité accessible pour moi. Avec mon asthme il m’était impossible de courir donc à la base je n’avais aucune envie de compétition mais plutôt l’envie de me sentir mieux dans mon corps. J’ai réalisé en testant ce sport que j’arrivais à mieux gérer ma respiration en marchant qu’en courant. Alors ensuite m’est venue l’envie de me lancer des défis en faisant des compétitions, puis au fil du temps de devenir vraiment compétiteur.

Vous êtes membre d’Azimut  Sport Compétition, l’un des clubs les plus en vue sur le circuit. Comment expliquez-vous sa réussite ? On est tous sur la même longueur d’onde, on aime se dépasser, donner le meilleur de nous-même, l’ambiance est géniale. C’est une grosse chance dans ma vie d’être entouré de personnes comme ça.

Azimut Sport CompetitionJ’avais lu aussi que vous vous entraîniez 3 fois par semaine, est-ce encore le cas ? Et où vous entraînez-vous ? Alors 3-4 entraînements en semaine dont 2 sorties collectives avec des membres du club, plus un entraînement le dimanche avec le coach et tout le club. Nous avons la chance d’avoir la forêt de Fontainebleau pour terrain de jeu donc plein de possibilités de lieux.

On a eu un hiver assez long cette année, comment gérez- vous cette période d’hiver ? Je n’ai pas été trop dérangé par la météo mais plus par les aléas du boulot. J’ai dû faire une pause de deux mois et la reprise a été difficile physiquement.

Sur une précédente interview vous préciser que l’un de vos meilleurs souvenirs, est votre première compétition en 2012,  parce que c’était la première fois que vous passiez une ligne d’arrivée. Je vais préciser à nos lecteurs que vous êtes asthmatique et que cela vous a longtemps empêché de faire du sport comme vous le souhaitiez. Par conséquent, comment expliquez-vous votre réussite en marche nordique ? Alors ma réussite en marche nordique, je pense qu’elle remonte finalement de loin. Tout jeune j’allais en forêt avec mon père pour faire l’observation d’animaux, pour les prendre en photos, et aussi chercher des bois de cerf. C’était des sorties de 3 heures minimum, et il fallait marcher à travers bois, donc toujours des conditions pas facile pour avancer, et puis il m’attendait pas trop, donc en quelques sortes j’ai du acquérir un foncier de cette manière et j’avais déjà des prédispositions à marcher vite. Je faisais rire les autres en école primaire et au collège avec ma vitesse naturelle de marche et surtout, c’était ma manière de me déplacer plus rapidement sans faire de crise d’asthme. La marche nordique était finalement la meilleure des voies à prendre pour moi.

Vous aurez  bientôt 32 ans. Vous occupez à ce jour la 15ème place du MNT. Le MNT est-il un objectif à plus ou moins long terme ? Le jour où j’arriverai à gagner une manche MNT avec un très gros plateau au départ, alors ça pourrait devenir un bel objectif, mais pour l’instant je profite course par course. 

Pour revenir à l’asthme, est-ce que la marche vous aide à le gérer ? Est-ce que la marche vous apporte des bienfaits contre cette maladie ? Maintenant  j’arrive même  à courir à plus de 10km/h sur plusieurs kilomètres. Ça m’a apporté des bienfaits énormes vu qu’avant je n’avais même pas le temps de finir un tour de stade que la crise d’asthme était là.

Je suppose que les différentes compétitions vous ont permis de faire de nombreuses connaissances. Y’a t’-il des rencontres qui vous ont plus marqué que d’autres ? Ce qui me marque surtout c’est la bienveillance des personnes. L’état d’esprit est génial, c’est festif, on s’encourage,  on se soutient pendant les compétitions. On n’a pas le même maillot mais on a la même passion. La marche nordique en compétition est une grande famille. En fait,  je ne détache personne car je m’attache à tout le monde.     

ob_b94c33_img-0412Quels conseils pouvez vous donner à nos lecteurs marcheurs, qui voudraient progresser dans la discipline ? Alors pour progresser en vitesse, je dirai déjà qu’il faut avoir déjà bien acquis la technique, plus la gestuelle est bien réalisé et mieux sera la suite en compétition (éviter les pénalités ou les prises de tête avec d’autres marcheurs plus aguerris sur des compétitions sans juges). Il faut être à l’écoute des conseils qu’on vous donne, avoir la chance de tomber sur un très bon staff technique avec un animateur pointilleux sur la technique (j’ai cette chance grâce à Marc Thoraval), puis ensuite, on peut passer à la progression en vitesse. Pour là, il est souvent repris les mêmes styles d’entraînements que la course à pied, du fractionné, du cardio. Il faut du temps pour progresser surtout si comme moi on commence de 0. J’avais lu dans une étude qu’il faut 5 ans avant de commencer à atteindre vraiment un bon niveau (quand on a les capacités en nous) dans une activité quand on commence de rien et je me dis que c’est plutôt vrai. Fin 2012 j’étais à 7.6km/h de moyenne sur un 10 km plat, avril 2018, je suis à 9.3km/h de moyenne sur le même style de parcours. Il faut croire en soit et faire les bonnes choses pour réussir.

Quel est votre pire souvenir en course ? J’en ai deux : Lors du muco-trail de Vitré en 2013 , j’avais hyper mal dormi la veille et je m’endormais en marchant, très désagréable moment. Et sinon Pacé en 2015,  j’attaque le dernier tour en 3ème position,  je reviens sur les 2 premiers qui en plus ont des tours de pénalité à faire, donc confiant pour la victoire, et là je prends 2 pénalités pour des fautes qui n’en sont pas, vu que c’est la gestuelle qu’on nous demande maintenant de faire dans le règlement actuel. 

Si vous deviez citer votre meilleur souvenir ? Vice-champion de France 2017 par équipe, le partage du bonheur c’est la plus belle chose dans la vie.  

ob_fac566_img-0496Après cette belle victoire dimanche dernier, quels sont vos prochains rendez-vous et objectifs ? Mon planning est bien rempli jusqu’à fin juin.  J’aimerais bien gagner la Nordique Bellifontaine début Mai. La marche nordique du raid golfe du Morbihan avec ses 30 km et 1000 participants c’est quelque chose aussi ( j’y serai pour la 6ème fois)  et puis bien sûr le meilleur résultat possible dans les manches MNT. 

En vous remerciant, nous ne manquerons pas de suivre vos exploits tout au long de l’année ! Un dernier mot peut être, pour encourager nos lecteurs à se lancer dans la marche nordique ? C’était avec beaucoup de plaisir. Pour les personnes qui hésitent, franchement il faut foncer, oublier les a priori de « sport de vieux » et les craintes. C’est vraiment un sport complet, du sport. Nous sommes de plus en plus nombreux dans les compétitions et on croise maintenant des marcheurs loisirs dans tous les chemins de forêt. 

ob_76a7aa_biathlon-nordique-050.JPG

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s